Cameroun SIF Core Team engage le Premier Ministre d’aborder la question de l’aménagement durable Mécanisme de Financement de la vaccination [En Français]

Cette semaine, agent principal du SIF Sabin programme, Jonas Mbwangue, explique l’importance du financement durable de vaccination dans son mémorandum au Premier ministre de Cameroun:

De toutes les interventions sanitaires jamais mises en œuvre, la vaccination est l’une des plus efficaces et des plus économiques. Elle a permis d’éradiquer la variole, de réduire de 99 % à ce jour l’incidence nationale de la poliomyélite, et de faire baisser de façon spectaculaire la morbidité, les incapacités et la mortalité dues à la diphtérie, au tétanos, à la coqueluche et à la rougeole. Le Programme Elargi de Vaccination(PEV) né de puis 1975 dans des zones d’essai et généralisé dans tout le territoire camerounais depuis 1982 a progressé dans le paquet des antigènes à offrir allant de 4 à 8 en 2008 qui luttent contre, la tuberculose, la poliomyélite,  le tétanos, la Diphtérie, la Coqueluche, la fièvre jaune introduite en 2004, l’Hépatite Virale B disponible depuis 2005 et les infections à Haemophilus influenzae type b effectives depuis 2009. L’élargissement de ce paquet offert est prévu en 2011 par l’introduction du vaccin antipneumococcique et contre les diarrhées à Rotavirus en 2012.

Malgré ce progrès, le pays risque de ne pas atteindre l’Objectif Millénaire de Développement 4 (OMD), celui de réduire de 2/3, le taux de mortalité des enfants de 0-5 ans, d’ici 2015 a cause du sous-financement du PEV par l’ETAT. Les épidémies continuent à surgir, décimant de nombreux enfants à l’instar de la rougeole à l’Extrême-Nord, la fièvre jaune dans beaucoup de Districts de Santé et de nombreux cas de tétanos néonatal La couverture vaccinale, en hausse permanente de 2005(79,72%) à 2008(83,96%) grâce au soutient de GAVI, connait depuis 2009 une baisse inquiétante (80%), loin des objectifs de 90%, fixés en 2011 et nécessaires pour réduire les niveaux de morbidité et de mortalité dues aux maladies évitables par la vaccination. Le Plan Pluriannuel Complet (PPAC) 2007-2011 avait prévu qu’au moins 80% des Régions (soit 8 Régions sur 10) attendront une couverture vaccinale de 90% en 2009. Cet objectif n’a pas été atteint, les Regions du Littoral, du Sud Ouest et du Nord Ouest trainant toujours des couvertures vaccinales en deca de 80%, 72% et 62% respectivement. De manière générale, les performances du PEV sont en baisse depuis la diminution des ressources GAVI en 2009, montrant ainsi combien le pays dépend des bailleurs externes.

Le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE) entrevoit du Cameroun un pays émergent à l’horizon 2035. Cette vision interpelle le gouvernement d’investir d’avantage sur l’éducation et la sante des enfants afin de bâtir le capital humain dont le pays aura besoin pour accélérer son développement. Le moyen le plus efficace de garantir cette dividende démographique éduquée et productive est de réduire la mortalité des enfants de 0-5ans. Ceci est possible par la vaccination, qui doit être considérée comme « une bonne affaire » pour le Gouvernement, puisque vacciner complètement chaque enfant avec les antigènes de routine et nouveaux peut contribuer à réduire de 25% les morbidités et mortalités dues aux maladies évitables par la vaccination.

La vaccination est donc un bien public dont tous les enfants devraient en bénéficier afin d’acquérir une immunité collective qui élimine les maladies. Cette immunité collective (soit 90% de couverture vaccinale nationale) ne peut être atteinte que si le gouvernement met en place un mécanisme durable de financement de la vaccination sur ressources propres de l’ETAT. Pour y parvenir, les discussions ont eu lieu en Avril 2010 entre les Parlementaires, les Maires et les Ministères de la Santé, des Finances, de l’Economie et de l’Administration Territoriale, a l’issue desquelles il a été recommandé de créer un Fonds National de la Vaccination. Ce fonds sera alimenté par des contributions du trésor public, du FEICOM, des donations du secteur privé Camerounais, ainsi que des bailleurs de fonds extérieurs.  Il aura un statut juridique indépendant, doté d’un Conseil d’Administration a gestion soit autonome, soit confiée a une institution financière existante a caractère public.

La mise en application de cette recommandation nécessite une décision du Chef du Gouvernement pour (i) l’adoption, par le Parlement et la promulgation par le Chef de l’ETAT, d’une loi sur la Vaccination qui couvre les aspects de politique, de régulation, d’administration, de surveillance et de financement de toutes les opérations de la vaccination ; (ii)l’institutionnalisation, par décret du Fonds National de la Vaccination et (iii) l’élaboration d’une réglementation portant création d’une Commission Santé/Vaccination au niveaux des conseils municipaux et d’une ligne budgétaire vaccination (a) au niveau municipal ou communal et (b)au niveau du FEICOM. La promulgation de la loi et l’établissement du fonds National de la Vaccination d’ici 2012 permettront au Cameroun d’atteindre l’OMD #4, qui est de réduire de 2/3 la mortalité des enfants de 0-5 ans a l’horizon 2015.

Advertisements

Leave a comment

Filed under Advocacy Activities, Africa, En français

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s